Les dégâts de la chirurgie esthétique : Addiction et obsession

Les dégâts de la chirurgie esthétique

Nous vivons dans un monde où la beauté, et non les principes moraux, définissent nos objectifs. De nos jours, les personnes belles et attirantes représentent de bons personnages dans les films, les publicités omniprésentes ou d’autres types de médias.

On dit que 80 % des femmes ne sont pas entièrement satisfaites de leur apparence. Est-il bon de savoir comment vieillir avec grâce ?

Cependant, nous avons souvent tendance à défier les signes du vieillissement au moyen d’injections de comblement, de chirurgies plastiques ou autres procédures cosmétiques. Après tout, pourquoi pas ?

Les ajustements pour transformer les apparences sont devenus des choses normales sans toutefois ne pas exagérer.

Les chirurgies esthétiques sont l’un des moyens d’augmenter votre confiance en vous et votre image. Nous voulons tous être magnifiques. On aimerait avoir l’air plus jeune, plus mince, avec des lèvres plus charnues et des seins plus fermes. Parfois, même un petit changement peut nous faire nous sentir mieux et nous motiver à nous améliorer davantage.

La chirurgie plastique était autrefois un privilège réservé aux célébrités fortunées. De nos jours, presque tout le monde peut se permettre de subir un certain type de chirurgie esthétique. Il y a eu un grand boom dans ce domaine depuis la venue du tourisme médical qui propose des chirurgies jusqu’à des économies allant à 75 %.

Bien qu’elle ne soit pas officiellement reconnu comme un diagnostic de santé mentale, l’addiction pour les chirurgies esthétiques amène souvent les gens à être obsédés et à consacrer énormément de temps et d’argent à diverses opérations, dont certaines peuvent être dangereuses.

 

L’addiction à la chirurgie esthétique

La dépendance à la chirurgie plastique fait référence à une obsession de changer ou d’améliorer constamment son apparence.

Bien qu’elles puissent croire que ces chirurgies les rendront plus heureuses, ces personnes deviennent souvent encore plus insatisfaites de leur apparence. C’est ce qu’on appelle le trouble dysmorphique corporel, une insatisfaction constante à l’égard de votre apparence et la recherche d’un défaut dans votre corps.

 

Qu’est-ce que l’addiction à la chirurgie esthétique et plastique ?

Bien qu’elle ne soit pas officiellement reconnue comme un diagnostic de santé mentale, l’addiction ou la dépendance à la chirurgie esthétique peut être une réponse compulsive au trouble dysphorique corporel.

Quelqu’un pourrait commencer par essayer de réparer une partie de son apparence. Cependant, il se concentre immédiatement sur ce qu’il doit améliorer ensuite. Un cercle vicieux de procédures intenses et coûteuses se met alors en place.

Certains signes courants d’une addiction à la chirurgie esthétique comprennent :

  • La recherche de plusieurs chirurgies en succession rapide ;
  • Faire le tour des différents médecins si l’on n’effectue pas la procédure ;
  • S’engager dans une procédure même si le médecin n’a pas d’expérience ni de références ;
  • Avoir des attentes irréalistes quant à la façon dont la chirurgie les fera se sentir par la suite ;
  • Croire qu’une opération précise leur apportera certains bénéfices (amour, bonheur, prospérité financière, etc.) ;
  • Connaître des difficultés financières en raison de cette addiction ;
  • Vivre des problèmes relationnels.

 

Qu’est-ce qui cause l’addiction et l’obsession à la chirurgie esthétique ?

Des facteurs génétiques et environnementaux provoquent une dépendance à la chirurgie esthétique.

Les procédures esthétiques augmentent considérablement, avec près de 18 millions d’Américains ayant subi une chirurgie plastique rien qu’en 2021. Nous vivons dans une société qui convoite la jeunesse et scrute sans pitié les imperfections qui peuvent créer toutes sortes de problèmes d’image corporelle. Par conséquent, le désir d’atteindre un sens irréaliste de la perfection physique est sans aucun doute élevé.

Voici les causes potentielles de l’addiction et l’obsession à la chirurgie esthétique :

 

1. Trouble dysmorphique corporel

Les personnes atteintes de trouble dysmorphique corporel deviennent préoccupées par des défauts physiques mineurs ou inexistants.

Ces défauts peuvent être situés n’importe où sur le corps. Cette préoccupation n’est pas mieux expliquée par un autre trouble psychologique, mais elle provoque une détresse importante. La recherche montre que les personnes atteintes de de trouble dysmorphique corporel pourraient être 15 fois plus susceptibles de recourir à la chirurgie esthétique.

Les symptômes du trouble dysmorphique corporel qui peuvent rendre une personne dépendante à la chirurgie esthétique comprennent :

  • Ressentir le besoin de couvrir, dissimuler ou masquer certaines parties de son apparence ;
  • Refuser des opportunités importantes en raison de son apparence ;
  • Chercher constamment l’approbation des autres ;
  • Vérifier compulsivement le miroir ou regarder des photos pour examiner son apparence ;
  • Croire que changer un défaut externe déclenchera des changements internes (plus de bonheur, de confiance en soi, d’amour).

 

2. Traumatisme de l’enfance

Les traumatismes de l’enfance peuvent exacerber le risque de développer une dépendance à la chirurgie esthétique. Ils peuvent avoir un impact profond sur le sentiment de sécurité et de contrôle sur le monde.

La chirurgie esthétique peut sembler être un exutoire sûr en croyant qu’être hyper concentré sur l’apparence permet à quelqu’un d’éviter apparemment d’examiner d’autres facteurs de stress.

Ce modèle, bien sûr, peut être entièrement inconscient, mais il permet à l’individu de se sentir habilité sur quelque chose qu’il croit pouvoir contrôler (même si cette croyance est à courte vue).

 

Quels sont les risques de dépendance à la chirurgie esthétique ?

Toutes les chirurgies esthétiques comportent des risques inhérents pour la santé, allant de l’infection à la perte de sang en passant par les complications de l’anesthésie et la mort subite.

Bien que les chirurgiens doivent divulguer ces risques, une personne ayant une dépendance à la chirurgie esthétique peut les minimiser ou les ignorer complètement. De plus, plusieurs chirurgies esthétiques peuvent entraîner des conséquences financières et émotionnelles importantes, tant pour les individus que pour leurs proches.

Voici les risques courants associés à la dépendance à la chirurgie esthétique :

  • Abus de substance : Les chirurgies esthétiques récurrentes peuvent devenir un facteur de risque dans le développement (ou l’aggravation d’un trouble existant) lié à l’utilisation de substances. De nombreux chirurgiens prescrivent des opioïdes après leurs procédures pour aider les patients à faire face à la douleur intense qui apparaît souvent. Cela dit, les opioïdes peuvent créer une forte dépendance. Il est facile de développer une tolérance, ce qui signifie que vous devez en prendre plus pour bénéficier des avantages de la gestion de la douleur. De plus, même une utilisation contrôlée peut déclencher des symptômes de sevrage désagréables, obligeant quelqu’un à continuer à les prendre.
  • Impact négatif sur la famille et les amis : Les chirurgies esthétiques sont des procédures longues et intenses. Elles peuvent nécessiter une planification et des temps d’arrêt importants. Par la suite, les chirurgies récurrentes peuvent affecter négativement les relations interpersonnelles. Les amis et la famille peuvent ne pas comprendre pourquoi leur proche subit une autre procédure. Ils pourraient devenir en colère ou trop curieux. Par conséquent, en raison de la peur et de la honte, les personnes dépendantes à la chirurgie esthétique peuvent mentir ou s’éloigner de leurs proches.
  • Impact financier : Les coûts de la chirurgie esthétique varient, mais elles sont chères et rarement couvertes par une forme quelconque d’assurance ou d’autres subventions. Comme toute dépendance, les procédures répétées peuvent rapidement devenir coûteuses. Les gens peuvent mentir sur les coûts, voler de l’argent aux autres ou accumuler des dettes extrêmes pour financer leur habitude.
  • Aggravation des conditions de santé mentale : La dépendance à la chirurgie esthétique peut exacerber le trouble dysmorphique corporel, les troubles anxieux, la dépression et les troubles de l’alimentation. De plus, parce que l’individu ne se sent jamais pleinement satisfait de son apparence, il continue souvent à se sentir de plus en plus mal à propos de son estime de soi. Il peut « abandonner » la chirurgie esthétique pendant un certain temps, pour être tenté une fois qu’il a rencontré un nouveau chirurgien ou appris une nouvelle procédure. Au fil du temps, ce processus peut sans aucun doute aggraver une faible estime de soi, la honte et la solitude.
  • Dommages physiques irréversibles : Comme mentionné, la chirurgie esthétique peut être intrinsèquement risquée. Par exemple, les réactions indésirables aux charges peuvent entraîner la cécité. Dans toute intervention chirurgicale, une perte sensorielle ou motrice, des cicatrices permanentes, une perte de sang et des lésions nerveuses peuvent survenir. L’embolie pulmonaire peut entraîner la mort spontanée.

La plupart des chirurgiens ont recommandé des temps d’arrêt et des avis contre plusieurs procédures en succession rapide. Mais si quelqu’un magasine et travaille avec différents médecins, il peut s’exposer à un risque accru de complications physiques.

 

Traitement contre la dépendance à la chirurgie esthétique

Parce que la dépendance à la chirurgie esthétique découle souvent de profonds sentiments d’infériorité, il est essentiel d’acquérir de nouvelles compétences pour faire face à l’insécurité. Bien que ces compétences puissent ne pas guérir vos sentiments, elles peuvent constituer une étape importante vers l’amélioration de votre bien-être émotionnel.

Trouver un thérapeute qui comprend les processus ou les dépendances comportementales peut vous aider à vous mettre sur la bonne voie. Envisagez de commencer votre recherche à l’aide d’un répertoire de thérapeutes et de planifier votre premier rendez-vous.

Gardez à l’esprit qu’un thérapeute vous aidera à rester responsable de vos objectifs. Si vous souhaitez arrêter de subir des chirurgies plastiques, il peut utiliser diverses techniques cognitives et comportementales pour vous aider à changer votre façon de penser et vos habitudes.

Il peut également recommander un groupe de soutien basé sur la dépendance afin de créer une camaraderie supplémentaire. Enfin, le thérapeute fournira un plan complet pour gérer les symptômes indésirables si vous avez d’autres conditions.

 

En résumé

La dépendance à la chirurgie esthétique et le trouble dysmorphique corporel peuvent être difficiles à surmonter. Cependant, la recherche de soutien est primordiale pour votre rétablissement. Vous pouvez vivre une vie pleine de sens et heureuse sans vous focaliser uniquement sur votre apparence. Si vous éprouvez des difficultés, envisagez de contacter un professionnel de confiance dès aujourd’hui.

 

Choisissez une chirurgie esthétique abordable et de qualité en Colombie

Notre chirurgien esthétique en Colombie a plus de 20 ans d’expérience dans la chirurgie esthétique avec des tarifs de 50 à 75 % moins chers. Une personne du Québec vous accompagne également durant votre séjour à Cartagena afin de vous assister dans vos démarches et vous aurez une carte SIM pour votre téléphone.

 

Solution de chirurgie esthétique en Colombie


 

A propos de Claude Lasanté 209 Articles
Depuis plusieurs années, je crée des sites web pour les chirurgiens esthétiques avec qui je travaille en Colombie afin de permettre d'augmenter mon expertise dans ce domaine et ainsi rédiger des articles et des pages utiles aux gens. De plus, en ayant vécu 5 ans à Cartagena en Colombie m'a permis de connaître la ville, le pays et les gens afin de bien guider les patients ou visiteurs à prendre des décisions bien avisées pour passer un séjour agréable, sécuritaire et satisfaisant dans ce pays d'Amérique du Sud.